Présentation LVDA

// novembre 23rd, 2012 // Non classé

Le but premier de cette Association, créée en 2008 » par Philippe THIOLLIER et quelques-uns de ses amis, est d’aider les adolescents d’un orphelinat malgache et d’autres jeunes à avoir un  métier. Elle est intégrée au centre de formation professionnel : « Ambalakilonga » qui est géré par la fondation italienne : « Exodus ».

Ambalakilonga se trouve à Fianarantsoa à 450 km au sud de Antananarivo, capitale de Madagascar.

Ambalakilonga forme des jeunes aux métiers de maçon, menuisier, chaudronnier, informaticien, et maintenant réparateur-vendeur de bicyclettes.

Depuis quelques années, dans cette région, l’utilisation des  bicyclettes comme mode de déplacement se développe de plus en plus alors qu’il n’y avait pratiquement pas de vélos il y a 5 ans. On trouve sur place des vélos chinois, bon marché, mais pas toujours de très bonne qualité et beaucoup de Malgaches ne peuvent les faire réparer. C’est pourquoi Ph. THIOLLIER et quelques amis retraités ont créé cette Association dans le but de former des jeunes pour qu’ils deviennent artisans réparateurs de bicyclettes.

Objectif dans le futur : que les membres malgaches de cette Association deviennent financièrement indépendants dans la gestion des formations ultérieures (les vélos continuant de leur être fournis).

A la fin  des formations théoriques et pratiques, tous les jeunes s’installent comme artisans vendeurs-réparateurs de bicyclettes. Par des micro-crédits l’Association les aide à s’installer  et leur permet de vendre les vélos qu’ils auront réparés et remis en état pendant leur formation.

Ces micro-entreprises implantées dans les villages de brousse en périphérie des villes plus importantes ont pour vocation de vendre à des prix accessibles les vélos fournis par l’Association.

Pour information, le prix de vente de ces vélos se situe entre 26 et 40 € suivant le modèle et son état.

Les premiers jeunes qui se sont déjà lancés dans cette activité gagnent bien leur vie et celle de leur famille, c’est le but recherché par l’Association.

Philippe THIOLLIER a assuré le gros travail de collecte des vélos qu’il a stockés dans son vaste atelier. Il a procédé à leur tri et à une première remise en état ainsi qu’à la préparation pour l’expédition : démontage des roues et des pédales, du guidon dans l’axe du cadre, l’objectif étant de gagner de la place pour un chargement optimisé. Un lot important de pièces détachées issus des vélos écartés ont été sélectionnées et rangées, par famille, dans des cartons. Ces pièces détachées très précieuses seront bien utiles pour les jeunes réparateurs de vélos déjà installés.

Comments are closed.